Sélectionner une page

(c'est du second degré…)

On a tous déjà posé cette question, pour entamer une discussion, ou bien la relancer lors d’un long silence…

Cette question toute simple, amène des réponses diverses et variées. En fonction de ce qui dit mais aussi de ce que ne dit pas la personne, cela donne un éclairage différent de sa personnalité.

Celui qui ne répond pas vraiment…

  • Donne son statut

Ex : je suis fonctionnaire.

Ce qui ne renseigne pas du tout sur le métier de la personne, mais qui peut donner naissance à plusieurs types de discussions :

  • « je suis au service de la fonction publique, moua, j’ai à cœur de défendre le service public, moua… » (ton vindicatif)
  • « et non, je ne glande pas, et je ne suis pas un privilégié » (ton agressif)
  • « j’en ai marre qu’on nous jette la pierre, on bosse comme des fous et on n’a aucune reconnaissance » (ton plaintif)
  • Donne un titre

Ex : Directeur adjoint du service Truc.

Il s’agit là souvent de se donner une posture

« Et c’est un poste CAPITAL dans l’entreprise… et je ne peux pas partir en vacances sans être appelé par le bureau…. » (ton plaintif)

Celui qui répond vaguement

  • Donne un métier ultra générique

Ex : je suis dans l’informatique.

Je suis dans l’import/export.

Je suis consultant

Ce qui veut dire tout et… surtout rien.

Deux possibilités :

La personne attend fébrilement que l’on demande « ah oui ? c’est-à-dire ? » pour passer en à une catégorie suivante.

Ou bien la personne n’a pas envie de parler boulot, et la discussion s’arrête là.

  • Donne un métier incompréhensible au commun des mortels

Ex : Je suis spécialiste des couches basses des réseaux, plus particulièrement des protocoles de niveau 2.

Je suis Trucbidulo-iste.

Comme précédemment, soit la personne attend fébrilement qu’on lui demande de développer, ou bien elle a utilisé ces mots incompréhensibles pour couper court à la conversation.

Celui qui attend les questions, car leur métier « fait réver »

Ex :

Je suis journaliste

Je travaille sur le nouvelAirbus

Je suis directeur de cabinet du politique M.Truc

(ton fier, voire fausse modestie)

Et là, il faut ab-so-lu-ment poser des questions supplémentaires, sinon la personne peut se vexer.

Celui qui répond plus d’une phrase

  • Refait son CV

Ex : alors en 1972, j’ai commencé en tant que technicien bureaux d’étude, et puis comme j’étais bon, mon chef m’a proposé de passer technicien en chef en 1975. Ahnon, c’était en 76, et puis…. (souvent, ton professoral)

  • Explicite son métier

Ex : »alors tu vois, l’administration des ventes, c’est le cœur meme de la société. Je vois passer toutes les commandes, que je dois vérifier. Au niveau du prix, mais aussi des produits, vérifier que les références existent bien… Je redige un document appelé « revue de contrat », qui sera la fiche de suivi de la commande, qui va aller dans tous les services.. et puis je passe les commandes de fournitures… et puis….. » (souvent, ton professoral)

Celui qui ne veut pas répondre :

« Euh… on va pas se mettre à parler boulot en soirée ? »

« moi tu sais, le boulot… »

Et vous ? Que repondez-vous à cette question ? 😉