Sélectionner une page

 

vivre avec un écrivain, au delà du réel

Vivre avec un écrivain : Aux frontières du réel…

(Chéri m’a demandé s’il pouvait écrire sur mon blog. Demandé si gentiment… la parole est à lui!)

 

Je suis un peu intimidé d’écrire ici. Vous savez, c’est comme de parler en public : j’aurai mieux fait de m’abstenir de proposer à Irène de publier un article sur son blog ! Je n’ai pas pu résister pourtant, pour vous faire partager ma réalité quotidienne : vivre avec un écrivain…

Je vais essayer de ne pas être trop ridicule, disons que nous n’avons pas la même plume !

 

Comme vous le savez, Irène écrit en ce moment son deuxième livre, un roman de science-fiction. Qui dit science-fiction dit création d’un univers, de personnages, d’une intrigue et d’histoires. Si je vous écris ça, c’est que c’est important pour la suite, sisi je vous assure !

La semaine dernière au petit déjeuner – ce n’est pas pour vous raconter notre vie, mais disons qu’Irène a beaucoup plus d’aisance à se lever que moi : son cerveau se met en route nettement plus rapidement que le mien … Bref, alors que je prenais mon café tranquillement, d’un coup, Irène se lève et me dit:

«  Bon, ce n’est pas tout ça, mais ça ne m’écrit pas mon chapitre sur la machine »

Ça surprend au réveil, Non ?

Aux frontières du réel… Et ça ne fait que commencer… !

 

Au cours de la matinée, entre les « mais non, ça ne va pas »  ou encore les  « oh ben c’est malin ça ! « , je tente de me concentrer sur mon travail (pour la petite histoire, nous travaillons en ce moment tous les deux à la maison, dans deux pièces séparées, mais… On entend bien ! )

Et là, d’un coup, au beau milieu d’une conversation téléphonique avec un client, j’entends un « Oh, il est cool Edgard, je l’aime bien ». Sauf que… comment dire… Edgard n’est pas seulement un personnage de fiction, un pilier du prochain roman d’Irène Zlato. Edgard, c’est aussi un prénom dans la vraie vie… Et devinez … C’est aussi le prénom du client, avec qui je suis en train de parler !

Je vous laisse imaginer le fou rire que nous avons eu tous les trois, Irène, le client et moi après avoir tenté d’expliquer le quiproquo. « Non, mais vous ne me croirez jamais… ! Si je vous explique vous allez me prendre pour un extra terrestre… Voilà, mon épouse est écrivain de science-fiction…… » Bref, fou rire ! Et de plus, un futur lecteur supplémentaire : ce client est fan de science-fiction et a voulu faire partie de la liste des destinataires des exemplaires disponibles en avant-première (lead box)… Comme quoi, il est vraiment cool Edgard !

 

Arrive alors l’heure du déjeuner. En pleine dégustation de notre petit plat cuisiné, la pression du travail devrait retomber, et pourtant, bim !

« Je ne sais pas trop quoi faire. Si je regroupe les chapitres 6 et 10 pour faire avancer l’histoire plus vite, ça me fait un truc imposant. Et peut-être que ça avance trop vite pour le coup. Mais si je laisse comme ça, on s’ennuie dans les deux chapitres. Tu en penses quoi? »

Ben oui, quoi, qu’est-ce que j’en dis… ! Ben comme ça, pas grand-chose ! À part… Je ne sais pas, mais peut-être tu prendras un déca ?

 

Le reste de la journée se passe sans anecdotes particulières, enfin presque ! Subrepticement, alors qu’on ne l’attendait plus, voilà Irène frappée par un syndrome étrange. D’un coup, sans raison, la voilà qui arrive dépitée et me dit :

«  J’en ai marre! Je jette tout, c’est nul, personne ne voudra de ce truc »

Alors, je la rassure, je la prends dans mes bras, je complimente ses écrits (à raison : elle écrit bien quand même, sinon, elle n’aurait pas déjà été publiée par une maison d’édition tout de même !)… Et là, un mail arrive, puis un appel téléphonique : ce sont deux de ses relecteurs de confiance pour lui faire un premier retour sur la première version de son manuscrit… À entendre les réactions, j’avais raison : ça a plu !

 

Alors si à la première lecture de ces quelques lignes vous trouvez tout ceci très étrange… Sachez que moi aussi, au début ! C’est étrange, mais c’est bien, et pour rien au monde je ne changerais quoi que ce soit !

Je vous laisse, je vais prendre des nouvelles d’Edgard… Parce que vous savez quoi : il est vraiment cool Edgard !


Vous aimez ce que vous lisez ?
Restons connectés... :)
Je vous invite à aimer ma page Facebook. Merci et à bientôt.