Sélectionner une page

(Attention : sujet à polémique)

 

Je me suis interrogée (eh oui, encore ! ) sur les différentes entre religion et secte.

De prime abord, cela semble évident. Une religion est une croyance spirituelle, dont les adeptes appliquent les préceptes, tout en gardant leurs libertés individuelles. Une secte, c’est tout le contraire : des croyances absurdes, l’impossibilité pour les membres de sortir du mouvement, et la suppression des libertés individuelles.

 

Mais est-ce aussi simple ? La frontière est-elle si étanche ?

Voici quelques éléments de réflexion.

 

Tout d’abord, la définition des termes, par le Petit Larousse illustré 2013 :

Religion : 1- Ensemble de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré 2- Ensemble de pratiques et de rites propres à chacun de ces croyances. 3- Adhésion à une doctrine religieuse.

Secte : 1- groupement à prétention religieuse, clos sur lui-même, qui se caractérise par la suppression imperceptible de la liberté individuelle. 2- Ensemble de personnes professant une même doctrine philosophique.

 

A- « ensemble de croyance et de dogmes » vs « à prétention religieuse »

Autrement dit, les unes ont des croyances respectables, les autres non.

Bon, je ne vais pas parler des croyances des religions les plus représentées, je suis sure que vous les connaissez, au moins dans les grandes lignes. Pour les sectes, voici quelques exemples de croyances (source : Wikipédia):

 

Aumisme : Selon son fondateur, l’aumisme « est une religion active et dynamique, permettant par des moyens simples, concrets, accessibles à tous, de construire ensemble au-delà des races, des classes, des croyances, les nouvelles valeurs de notre humanité ». Son dogme est l’« Unité des visages de Dieu »..La doctrine de l’aumisme est une synthèse de diverses traditions religieuses ésotériques et exotériques. Les différentes grandes religions sont considérées comme divers chemins conduisant à l’Absolu. Selon cette représentation, celui qui « s’élève vers le Divin (Dieu, Allah, le Tao…) » par sa propre religion se rapproche de plus en plus des autres religions ou voies. L’aumisme déclare également viser « à l’équilibre du corps et de l’esprit »: pour préserver la santé de ces derniers, le mouvement recommande aux adeptes le végétarisme, la naturophathie, etc.

 

Secte Moon : Sun Myung Moon dit avoir reçu sa mission de Jésus à l’âge de 16 ans dans son village natal. Il lui aurait demandé de poursuivre la tâche de construire le royaume des cieux sur terre. Il se définit comme le nouveau Messie.

 

La Scientologie se donne comme but : « Une civilisation sans folie, sans criminel et sans guerre, dans laquelle les gens capables puissent prospérer et les gens honnêtes puissent avoir des droits, et dans laquelle l’homme soit libre d’atteindre des sommets plus élevés. ».

La Scientologie se considère comme une « philosophie religieuse appliquée ». La Scientologie, qui se définit elle-même comme une religion traditionnelle, se fonde sur la croyance selon laquelle l’homme a été créé pour travailler à son propre salut spirituel. La Scientologie affirme aussi que l’homme est fondamentalement bon mais qu’à cause de son mental réactif, source d’irrationalité, il peut être conduit à agir de manière mauvaise. Ainsi, son « salut spirituel » dépendrait de sa relation avec lui-même, avec ses semblables et du fait d’arriver à une « fraternité avec l’univers ».

 

Dit comme ça, je ne vois pas pourquoi ces croyances seraient moins respectables que celles des religions.

 

B- Suppression de la liberté individuelle

On pense ici aux sectes qui ont organisé des suicides collectifs, en amenant ses membres à penser que c’était la seule issue possible. Evidemment, on ne peut que condamner. Cependant, on peut trouver certaines dérives dans des religions qui amènent également à la suppression des libertés individuelles. Par exemple, certains meurtres « d’honneur », parce qu’une femme a choisi de vivre avec un homme hors mariage, ou un homme n’ayant pas la même religion. Ou bien l’exigence d’application de règles extrêmemeent strictes, conduisant l’individu à avoir une vie définie à l’avance.

 

C- Clos, on ne peut en sortir

De nombreux témoignages attestent qu’il est difficile, voire impossible de sortir du giron d’une secte, et qu’à ceux qui y pensent ou essaient, on prédit les pires horreurs. Mais dans certaines religions, on menace d’exclusion les personnes qui ne suivent pas certains préceptes, ce qui représentent pour eux une très grande punition. Cependant, un croyant, s’il ne croit plus, peut décider de quitter sa religion, sauf dans des cas extrêmes (voir ci-dessus).

Là, on peut faire une différence entre religion et secte, mais la limite n’est pas aussi claire qu’il n’y parait, dans la mesure où une religion peut avoir des dérives sectaires.

 

Pour finir :

Pour les sociologues, les notions de secte et d’église sont difficiles à démêler . Selon Nathalie Luca, chargée de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, « il est bien clair que la définition de secte est extrêmement discriminante. Elle est donc inutilisable tant que le dysfonctionnement du groupe n’a pas été prouvé, c’est-à-dire tant qu’un drame n’est pas survenu. Elle ne peut pas être utilisée de façon préventive, mais seulement pour comprendre les dérives d’un groupe après qu’il aura mal tourné ».

 

Et vous ? Qu’est-ce que cela vous inspire ?