Sélectionner une page

A red button with the word Danger, illustrating the hazards and

Je m’étais interrogée ici sur la définition d’une secte, ce qui avait provoqué de nombreuses réactions de votre part 🙂

L’article d ‘aujourd’hui concerne plus une réflexion sur les limites de l’être humain… J’ai entendu plusieurs fois cette phrase, à quelques variantes près « Tomber dans une secte, moi (mon enfant)? Aucun risque! »

Et j’avoue ne pas pouvoir afficher tant de convictions. Je crois, mais cela n’engage que moi, que nous sommes tous vulnérables, à un moment ou à un autre, face à une dérive sectaire.

Exemples (issus d’histoires réelles)…

Une dépression…. des mois de cachets sans beaucoup de résultats. La personne croise quelqu’un à ce moment-là, de gentil, de chaleureux, qui lui promet qu’elle ira mieux…. Est-ce qu’elle croie ce qu’on lui dit, ou, malgré la tristesse qui l’écrase, qui l’empêche de réfléchir, elle a la force de lui dire non?

Des problèmes chroniques de poids…  de régimes miracle, en super pilule brule-graisse… Une magnifique publicité sur internet pour une cure d’amincissement miracle basée sur un principe révolutionnaire.  Est-ce qu’on vérifie avant de quoi il s’agit? Mais on a tellement envie d’y croire…

La mort d’un proche… la vie qui s’écroule, qui n’a plus de sens, la douleur qui s’écoule dans les veines… Et une personne réconfortante, qui vous écoute raconter tous les jours la même histoire, là où les proches s’agacent depuis un moment… Quelqu’un de présent, alors que tout le monde a repris sa vie, laissant la personne endeuillée de côté, malgré eux… Et ce personnage si gentil, qui vous propose un groupe chaleureux qui va vous aider… Comment avoir la force de refuser?

Je me dis qu’il suffit parfois d’une mauvaise rencontre, au mauvais moment, pour tomber dans une secte, et je ne me crois pas à l’abri. Oh, bien sûr, je n’y pense pas tous les jours… seulement quand j’entends des affirmations que je ne partage pas.

Et je me dis, plus on est persuadé avoir la force, l’intelligence (comme si cela avait quelque chose à voir!) de résister aux  chants des sirènes, plus, finalement, on est vulnérable…

Qu’en pensez-vous?