Sélectionner une page

Après une mise en pause de presque deux ans… me revoici dans la blogosphère !

Pour ce redémarrage, j’ai choisi un sujet qui me tient à cœur, le « zéro déchet non recyclable ».

Bien sûr, ce thème a déjà été abordé dans de nombreux articles et même des livres entiers y sont consacrés, dans lesquels on trouve plein d’idées inspirantes. Alors pourquoi faire un post de plus ?

Tout ce que j’ai lu sur le « zéro déchet » m’a beaucoup appris ,et certaines choses que vous allez lire ici en sont directement inspirées. Pourtant, malgré mes lectures, j’avais encore de nombreuses questions. Par exemple, supprimer telle chose, OK, mais je remplace par quoi ? Achter en vrac, oui, mais je ne trouve que des enseignes qui proposent des emballages en papier avec une lucarne en plastique, donc emballage pas vraiment recyclable ??

Aussi cet article a pour objectif de lister les déchets que nous avons réussi à éliminer, la façon dont on y est parvenu, et où trouver les alternatives. Avec l’état d’esprit suivant : lorsque nous (Chéri et moi) nous sommes lancés dans la démarche, on s’est dit qu’il nous fallait des solutions « facile à vivre » et abordables (en terme de budget mais aussi de temps passé). Je vais également énumérer les déchets (peu nombreux mais quand même !)  pour lesquels nous n’avons pour l’instant pas de solution… mais peut-être que vous avez ces idées qui me manquent ! 😉

 

Par où commencer ?

 

Avant toute chose, il est important de se renseigner sur les consignes de collecte des déchets recyclables dans votre commune. Par exemple, peut-être que les pots de yaourts sont recyclés chez vous, mais comme ils ne le sont pas chez nous, ces pots faisaient partie des déchets à éliminer. En fonction de ce qui se pratique chez vous, vous aurez peut-être des interrogations que je n’ai pas et l’inverse.

Ensuite, pour entamer votre démarche, vous pouvez bien sûr à partir des exemples ci-dessous et choisir ce qui vous inspire. Ou bien, si cela vous tente, faire une « étude poubelle ». Le principe est très simple : il s’agit de noter tout ce qui est jeté dans le bac « non recyclable » des poubelles. C’est un peu contraignant, d’autant que TOUS les membres de la famille doivent participer… (hum), mais il n’est pas besoin de le faire longtemps. Sur une semaine, on a déjà un bon aperçu de ses déchets. A partir de là, vous pouvez choisir de vous attaquer à ce que vous jetez le plus souvent, ou bien ce qui prend le plus de place, ou… Votre méthode sera la bonne, en fonction de votre mode de vie, de vos envies, de ce qui vous parait abordable.

Et maintenant… entrons dans le vif du sujet.

Dans la cuisine

Ce qu’on a supprimé :

Le film alimentaire

Était utilisé pour : recouvrir les assiettes, les plats… contenant les restes de repas, emballer les aliments avant congélation

Remplacé par : Dans le frigo : boites type Duralex, des pots de confiture (préalablement bien nettoyés évidemment), des boites en inox… tout type de contenant adapté au contact alimentaire (trouvables en supermarché). Autre avantage, ça prend beaucoup moins de place dans le frigo. Sinon, une simple assiette retournée fait office de couvercle sur une autre assiette ou un saladier. Dans le congélateur : des boites type Duralex, qui ont la bonne idée de supporter la congélation.

 

Le papier aluminium

Était utilisé pour : emballer les restes, faire les papillotes de cuisson vapeur

Remplacé par : Même chose que le film alimentaire pour les restes. Pour la cuisson vapeur, un cuiseur vapeur ou… une cocotte minute, tout simplement.

 

Le papier cuisson/papier sulfurisé

Était utilisé pour : essentiellement les pâtisseries

Remplacé par : beurrer et/ou fariner les moules et les plaques.

 

Les sacs à  glaçons

Était utilisé pour : Ben… faire des glaçons.

Remplacé par : bacs à glaçon rigides.

 

Les sacs congélation

Était utilisé pour : … congeler, forcément

Remplacé par : des boites adaptées au congélateur. Pour les gros volumes, par exemple un poulet entier, des bacs (bacs d’un ancien frigo, bac « grille » d’un congélateur coffre, panier spécial congélateur trouvable sur internet)

 

Capsules Nespresso

Était utilisé pour : Vous voyez bien à quoi ça sert 😊

Remplacé par : Oui je sais, il parait qu’elles sont recyclées, mais je ne sais pas pourquoi, je doute. On a cassé notre tirelire pour s’acheter une cafetière qui moud les grains. (C’est la seule alternative dans notre démarche qui n’est pas donnée) Les grands amateurs de café disent qu’avec des grains de qualité, cela vaut largement le Nespresso en goût.

 

Sopalin

Était utilisé pour : tout et n’importe quoi. Essuyer la table, nettoyer la vitre de l’insert…

Remplacé par : Chiffon ou torchon dédié. Le torchon qui sert à nettoyer l’insert ne sert qu’à ça, et même lavé, il garde sa fonction. Ça demande juste un peu d’organisation, par exemple des chiffons de couleurs différentes (ou bien vieux t-shirt, chemises) pour les reconnaître facilement.

 

Carré vaisselle/Eponge

Remplacé par : lingette lavable au lave-vaisselle. Trouvable en supermarché.

Ce que l’on composte :

Restes alimentaires, épluchures, cheveux retirés de la brosse, fleurs coupées, litière du chat (à condition de la choisir compostable), sachet en papier avec de l’encre à l’eau uniquement et sans étiquette dessus.

Mention spéciale pour les bouchons en liège. On pourrait croire que c’est compostable. Alors, peut-être dans des conditions bien spécifiques, mais chez nous, le bouchon reste bien entier. La première fois que j’ai récupéré le terreau issu du compost et que je l’ai étalé sur mes plantations, j’ai pu faire la liste de ce qu’on avait bu dans l’année… !! Certains cavistes les reprennent, sinon vous pouvez trouver une liste de point de collecte ici ou  par exemple.

 

Pas de solution pour l’instant :

La boule inox pour faire la vaisselle. Même si elle est plus durable que le truc vert (seul ou avec éponge), elle finit toujours par vieillir et à la poubelle.

Le sac/bac aspirateur plein

Dans la salle de bain

Voici les remplacements que nous avons faits :

Eponge de nettoyage => lingette lavable

Coton tige en plastique => coton tige en bois, cure-oreille, spray nettoyage

Disque en coton démaquillant => disque en coton lavable

lime à ongle en carton => lime en verre ou en inox

Rasoir jetable => rasoir de sureté, avec lames entièrement recyclables. A l’achat, c’est bien sûr plus cher, mais on s’y retrouve vite avec le prix des lames. Pour vous aider à choisir le vôtre : ici et là 

Emballages dentifrice, stick déo…

=> avec quelques petits efforts d’adaptation (différente texture, utilisation un peu différente, etc), on peut trouver du dentifrice solide, du déodorant sans emballage ou en pot, des savons de rasage en remplacement de la mousse en bombe… Je vous conseille le site

www.slow-cosmetique.com

sur lequel vous trouverez des marques qui font vraiment des efforts en terme d’emballage mais aussi de choix d’ingrédients. En plus la façon de présenter les produits facilite beaucoup le choix.

 

 

Pas de solution :

Brosse à dent.

Les seules brosses entièrement bio dégradables ont un manche en bois et des poils en soie naturelle de porc. L’ennui, pour moi, c’est que dans ce que j’ai trouvé, le poil de porc provient de Chine, où le bien-être animal et le côté bio ne sont pas encore à l’ordre du jour. Alors une soie naturelle provenant d’un cochon élevé en cage et gavé d’antibiotiques…

Les brosses avec poils en nylon 4, sont dit biodégradables. Mais il faut voir ce que l’on entend par là. Le nylon se dégrade, oui, mais en minuscules morceaux de nylon (plastique, donc). D’ailleurs certains fabricants honnêtes conseillent d’arracher les poils avant de mettre la brosse au compost. Mais le manche est bien recyclable, donc c’est mieux que rien.

Même chose avec les brosses où on change juste la tête. C’est mieux que rien, mais ce n’est pas encore ça.

Il existe des bâtons de siwak (issu d’un arbuste), totalement recyclable. Il s’agit de mâchonner et ça remplace le dentifrice et la brosse à dent, mais je ne peux pas m’imaginer me passant de brosse.

 

En faisant les courses

C’est là où les choses peuvent vite devenir compliquées. On a dû faire des compromis, en supprimant certains produits de notre alimentation, et en achetant ailleurs qu’en supermarché, avec l’idée qu’on ne pouvait pas passer notre temps à faire les courses… voici notre résultat.

Pour commencer, faites attention aux sacs plastiques dit biodégradables, biosourcés, etc. Le commerçant qui les utilise est certainement convaincu de bien faire mais un plastique qui se dégrade forme de minuscules morceaux de… plastique (plus d’info ici ). On pourrait considérer que c’est encore pire…

Attention aussi aux sacs en papier : vérifier que l’encre utilisée est bien de l’encre à l’eau (si c’est le cas, ce sera marqué en évidence). Sinon, ce n’est pas compostable. Même chose pour l’étiquette indiquant le prix qui provient de la balance, il n’y a aucune indication sur la « compostabilité ».

Acheté différemment ou ailleurs:

Le pain

On ne l’achète plus en supermarché, car tout est vendu dans un emballage papier+plastique ou plastique ou papier avec encre indéterminée. A la boulangerie, on demande les baguettes directement dans notre sac, sans leur sac ou feuille en papier. Et on les commande en grande quantité pour congeler (pas le temps de passer à la boulangerie tout les jours)

Le café en grain

acheté dans une épicerie fine, on rapporte l’emballage de la fois précédente.

Les légumes

pas en supermarché à cause des sacs. On se fournit chez un producteur local (marché bio)/AMAP, en rapportant les sacs papiers des fois précédentes (même s’ils sont compostables, ils peuvent servir plusieurs fois) ou, pour certains produits, directement dans notre sac.

Thé/Tisane

sachets compostables (sans agrafe) ou en vrac en épicerie fine

Le reste

(Pâtes, riz, huile, condiments…) : on choisit en fonction des types d’emballages.

Supprimé :

Plats préparés, sandwich, purée en sachet, soupe en sachet ou en brique, pâte brisée/sablée/à pizza => on cuisine ! et ce n’est pas tellement plus long, finalement.

Légumes surgelés => légumes frais ou bien conserves

Glaces individuelles => glace en pot

yaourts => le calcium, c’est le fromage

desserts individuels => remplacé par un fruit la plupart du temps ou un gâteau maison

paquets de gâteaux => le gouter c’est pain et chocolat/confiture/beurre ou bien un fruit.

sucre vanillé => je mets des gousses de vanille dans la boite dans laquelle je conserve le sucre. Cela donne un léger parfum, et c’est bien moins cher

sachets de levure chimique => remplacé sous certaines conditions par du bicarbonate de sodium. Qui en plus est beaucoup moins cher

aide pâtisserie divers, comme les pépites de chocolat => tablette de chocolat pulvérisée en petits morceaux, parfait quand on est énervé

chewing gum=> Bonbons. Ou rien. C’est bien aussi, rien.

 

Pas de solution :

Emballage tablette de chocolat.

Emballage de viande. Que ce soit en supermarché (en barquette ou à la découpe), en boucherie ou en colis (emballage sous vide), je n’en ai pas trouvé de recyclable. Pareil pour la charcuterie

Emballage du beurre.

Emballage de fromage. Le papier du camembert, le plastique mou autour de l’emmental et du fromage râpé. Il y a l’option Fromager, mais le budget n’est pas le même. Trouver des producteurs locaux, ce n’est pas toujours évident, surtout si on veut des fromages différents.

Sac de croquettes pour chat et chien. Certains fabricants disent que c’est recyclable, mais en tout cas chez nous, ce n’est pas accepté dans les conteneurs de tri.

Emballage et suremballage en plastique mou (autour des rouleaux de papier toilette, des articles en lot, etc.)

Autres sources de déchets

Pressing

film plastique et cintre => on emmène les costumes sur un cintre et dans sa housse.

Anti-mouches/moustiques

=> Moustiquaire aux fenêtres plutôt que ruban tue-mouche ou pastille à coller sur la vitre. A peu près éternel (d’autant qu’il en existe en sorte de fibre renforcé, résistant aux griffes de chat…)

Pas de solution :

Les emballages de colis livrés. Certains vendeurs font des efforts, d’autre non et on ne le sait qu’à réception du colis.

 

 

 

Pour conclure, je dirais que cette démarche ne s’est pas faite en un jour. Nous avons testé des solutions qui se sont révélées trop contraignantes et que nous avons abandonné, il y a eu des moments de découragement et de flemme… au final, nous avons bien réduit notre volume de déchets, sans que cela nous coûte plus cher (à part bien sur cette maaagniifiiiique cafetière absloument géniaaaaale). Les courses prennent juste un peu plus de temps, mais avec un minimum d’organisation, ça passe dans le planning, et on en a profité pour acheter plus local et bio.

 

Et vous ? Est-ce une démarche qui vous intéresse ? Quelles sont vos solutions ?


Vous aimez ce que vous lisez ?
Restons connectés... :)
Je vous invite à aimer ma page Facebook. Merci et à bientôt.